Heure légale française

Valeur du temps légal établi et fourni par l'Observatoire de Paris dans le cadre de ses missions
et conformément au Décret n° 2017-292 du 6 mars 2017 relatif au temps légal français.
Le temps légal est construit à partir de UTC(OP), qui est la réalisation temps réel de l'UTC à l'Observatoire de Paris.
   
::

Heure en France métropolitaire (actuellement en heure d': UTC h)

Heure UTC(OP) :      ::
Jour Julien : 
MJD : 

Etat de synchronisation de votre équipement : 
Heure locale de votre équipement :       :: (UTC h)
Heure UTC de votre équipement :       ::

Estimation de la désynchronisation (mise à jour toutes les 180 s) :
UTC(OP) - [ Heure UTC déterminée par votre équipement ] :  s
Délai de transmission :  ms

Dans les départements et régions d'outre mer, le temps légal suit les changements d'heure appliqués en métropole, mais avec un décalage d'un nombre entier d'heures, conformément aux articles 3 à 5 du décret sur le temps légal.
[ Notes importantes ]

Le laboratoire SYRTE est une unité mixte de recherche de l'Observatoire de Paris - Université PSL, du CNRS, de Sorbonne université et du Laboratoire National de métrologie et d'Essais
Mentions légales: le site heurelegalefrancaise.fr est édité par le SYRTE | Hébergement: SYRTE | Direction de la publication: SYRTE
Notice explicative sur le fonctionnement de la page "HeureLegaleFrancaise.fr"
Le principe de fonctionnement de cette page internet est illustré dans la Figure 1. Il est inspiré du protocole NTP, mais fonctionne de façon plus simple. La page HTML fait appel à un programme codé en Javascript fonctionnant sur l'équipement distant (ordinateur, tablette ou smartphone). L'équipement distant envoie une requête HTML de datation à la date t1 à l'un des serveurs NTP de l'Observatoire de Paris. Notre serveur retourne son information de datation t2, qui est comparée à l'heure de l'équipement distant t3 à la réception de l'information. A partir de ces données, l'application calcule une estimation de la désynchronisation entre l'équipement distant et le serveur, ainsi que le délai de transmission d'une requête, en supposant le temps d'aller-retour symétrique. L'estimation de la désynchronisation est corrigée du délai de transmission lors des requêtes. Cette estimation de la désynchronisation est exploitée pour les affichages du temps légal et de l'heure UTC(OP), construits respectivement à partir de l'heure UTC et l'heure locale de l'équipement distant, corrigées de la désynchronisation.

Afin de gagner en résolution et de détecter des erreurs éventuelles, le processus est réalisé 4 fois au cours d'une durée de l'ordre de deux secondes. Les résultats sont affichés avec une période de rafraîchissement de 180 s. Entre ces périodes de rafraichissement, la marche des heures affichées suit celle de l'horloge de l'équipement distant. Les sources d'erreur dépendent de la marche de l'horloge de l'équipement distant, des asymétries sur les trajets aller et retour de l'information ainsi que dans les processus internes de notre serveur NTP et dans l'équipement distant. On peut cependant considérer que l'information du délai de transmission constitue un majorant de l'incertitude systématique sur la désynchronisation.

Figure 1: principe de fonctionnement de la page internet "heurelegalefrancaise.fr"
En pratique, notre serveur NTP de référence est directement raccordé à l'échelle de temps UTC(OP), qui est à la base du temps légal en France (décret n°2017-292 du 6 mars 2017). L'échelle de temps UTC(OP) est maintenue à quelques ns de l'UTC. A l'émission, la désynchronisation du serveur NTP de référence est typiquement dans la gamme des millisecondes. On peut donc considérer que l'application donne accès à une information horaire avec une incertitude au niveau sub-seconde pouvant être exploitée pour réaliser certains types d'étalonnages.

Pour l'étalonnage d'une date absolue, le bilan d'incertitude doit tenir compte de l'incertitude liée à la méthode mise en œuvre, de la désynchronisation, du temps d'aller-retour, ainsi que des incertitudes liées à notre serveur, typiquement inférieur à 10 millisecondes.

L'application ne corrige pas la marche de l'horloge de l'équipement distant. Elle peut être exploitée pour l'étalonnage d'intervalles de temps (ou en d'autres termes estimer une fréquence), en analysant l'évolution au cours du temps des valeurs estimées de la désynchronisation.

Il est donc recommandé d'effectuer et d'analyser les mesures sur plusieurs périodes de 180 s, afin de disposer d'une donnée statistique suffisante.

Fuseaux horaires

L'application présente l'heure de l'Observatoire de Paris en UTC et en heure légale (UTC+1 ou UTC+2 en France, selon que l'on soit en période d'hiver ou d'été). Il appartient à l'utilisateur de vérifier ou de prendre en compte la programmation du fuseau horaire de son équipement.

Précautions d'utilisation

Il est à noter que cette application ne constitue pas une source de synchronisation, mais un outil de mesure de désynchronisation : il convient à l'utilisateur de mettre en place un client NTP ou autre le cas échéant. L'application peut générer des valeurs aberrantes si l'équipement distant effectue une mise à l'heure de son ordinateur (manuel, changement d'heure saisonnier, seconde intercalaire). Dans ces cas, Il est préférable d'attendre la fin de la période de 180 s ou de rafraîchir la page internet. Les valeurs affichées peuvent être affectées par la densité de débit sur le réseau entre l'équipement distant et l'Observatoire de Paris, dont l'Observatoire n'a pas la maîtrise. Par ailleurs, les informations horaires affichées par l'application sur l'équipement distant peuvent être affectées par la charge du processeur ou de la carte graphique de l'équipement distant. Il appartient à l'utilisateur de s'assurer que son équipement n'est pas surchargé.

Disponibilité du service

L'application est mise à disposition des utilisateurs gracieusement sur le mode "best effort". Il peut arriver qu'elle ne soit pas accessible pendant de courtes périodes pour des besoins de maintenance de nos services ou en cas d'incident sur le réseau. Dans ces conditions, les informations de datation et de désynchronisation ne sont pas renvoyées par l'application afin d'éviter les informations erronées, ce qui est clairement indiqué par l'affichage.

Autres sources de synchronisation

Pour les utilisateurs plus exigeant, d'autres sources de synchronisation ou d'étalonnage s'offrent à eux :
- Se synchroniser sur l'un de nos serveurs NTP et effectuer une analyse des fichiers logs ;
- Exploiter le signal de l'émetteur grandes ondes ALS162, moyennant l'utilisation d'un récepteur et d'une méthode adaptée. Le signal ALS162 inclut un code horaire généré à partir d'horloges localisées à l'émetteur, raccordées par lien satellitaire à UTC(OP) ;
- Faire appel au service SCPTime de diffusion du temps par internet. Les serveurs primaires de production sont hébergés à l'Observatoire de Paris et directement référencés sur UTC(OP) ;
- Faire appel à un laboratoire accrédité COFRAC en temps fréquence ;
- Pour les utilisateurs des signaux GNSS, nous mettons à leur disposition nos données de suivi par rapport UTC(OP) des échelles de temps disséminées par GNSS et réalisons des étalonnages relatifs de stations pour des laboratoires et des industriels spécialisés en temps-fréquence.